LILI CONSEIL à chacun sa solution

Financement

Les conditions d'octroi durcies pour le credit aux entreprises françaises

En France, les entreprises souhaitant un credit ont eu plus de difficulté à l'obtenir au cours du quatrième trimestre 2011. C'est la Banque de France qui révèle cette information en avançant des chiffres divers. Selon elle, 36,2% des banques ont fait état d'un durcissement de leur credit tandis que 63,8% disent n'avoir pratiquement rien changé dans leurs conditions d'octroi. D'autres chiffres montrent que ce sont davantage les grandes entreprises qui sont touchées par ces critères avec un taux de 41,3% alors que pour les PME, on parle de 35,3%.
 


Pourquoi et comment compliquer cet accès au crédit?

La raison de ce durcissement des conditions d'octroi d'un crédit sont simples : des perspectives économiques moins favorables. Les banques ont revu les critères suivants : le montant accordé, la durée, les frais autres que les intérêts et les clauses de contrats de crédit. Ce qui est un peu plus surprenant, c'est que les garanties demandées aux entreprises n'ont pas été renforcées. Il faut cependant s'attendre à une baisse de la demande de crédit des entreprises suite à ces nouvelles mesures.
 



Et le crédit des ménages?

En ce qui concerne les ménages, seulement quelques banques ont durci les conditions d'octroi du crédit immobilier mais pour ce qui est du crédit a tempérament, elles restent intactes. Par contre, tout comme pour les entreprises, on s'attend à une diminution des demandes de crédit pour le premier trimestre 2012.


Loi LAGARDE - Une loi pour mettre fin aux abus et aux excès du crédit à la consommation et prévenir le surendettement

"Depuis 20 ans, il y a eu beaucoup de lois sur le surendettement mais aucune pour empêcher d’y tomber. Avec mon projet de loi, je veux au contraire m’attaquer aux pratiques de distribution du crédit à la consommation pour empêcher les abus et les excès. Le crédit, c’est comme le cholestérol, il y a le bon et le mauvais crédit. Je veux remettre de l’ordre et chasser le mauvais crédit."  Christine LAGARDE